Comité National

de Résistance et de Reconquête

Hérault

CLRR de Capestang-Béziers et sa région

correspondants :
   Maryse LAUNAIS launais.maryse@gmail.com
   Didier GAUDIN  didier.gaudin37@orange.fr

adresse mail : clrrcapestangbiterrois@gmail.com 

CLRR de MONTPELLIER

correspondant :

adresse mail : clrrmontpellier@gmail.com 

CL2R Educ MONTPELLIER

19 février 2020, réunion du CL2R de Capestang-Béziers et sa région - CR

02/18/2020

Réunion CLRR Capestang- Béziers et sa région
du 19 février 2020

 

Télécharger le compte rendu

Malgré de nombreux excusés nous étions une trentaine.
Introduction faite par Hervé :
Il rappelle ce qu’est le Comité National de Résistance et de Reconquête 36-45…
Depuis 2017, les partis ont explosés, nous combattons en commun avec les
grévistes pour le retrait de la réforme de retraite de Macron. Pas de trêve de Noël,
Macron de plus en plus isolé et détesté, rien n’est joué ! Quel gouvernement
voulons-nous ? Le débat est ouvert.
Entendu dans la discussion
« Les choses se précipitent, la CGT quitte la conférence sur le financement de la
retraite de Macron, le MEDEF n'était pas demandeur du système universel et il est
inquiet pour la ligne budgétaire. Attention à l'étatisation des retraites… Le syndicat
de la magistrature a adressé une lettre ouverte à la garde des sceaux où il pointe le
délabrement du service public.
Il reste le 49-3 car pas d'autres solutions pour le gouvernement. La convention
nationale est importante pour aller plus loin, on est dans une situation
inédite. »
« Je suis très en colère contre nos représentants syndicaux, en 95, ils nous ont déjà
lâchés et ça recommence en 2020. Comment nos dirigeants syndicaux peuvent-ils
trahir les militants ? »
« Depuis le 5 décembre, des milliers de gens sont dans la rue, ce n'est pas assez
mais beaucoup de secteurs sont en grève. Les appareils doivent soutenir la base.
Le CNRR doit faire quelque chose. Si les délégués sont élus, ils auront un mandat
et ils pourront nous représenter. »
« Il faut préserver les acquis car ils sont menacés depuis de nombreuses années. La
disponibilité aux combats existe. Sans soutien des syndicats, 40 chefs
d'établissements scolaires se sont rassemblés devant le rectorat : c'est beaucoup
car ils n'ont pas eu de soutien !
Je suis toujours content de venir car, ici, c'est la diversité ! »
« Nous nous battons sans arrêt, nous sommes fatigués, on ne fait pas rien ! Le
travail est énorme. »
« Ce ne sont pas les militants syndicalistes qui nous trahissent, ce sont les
directions. »
« Ils ont du mal avec la spontanéité des Gilets Jaunes, de la base... Ils n'ont pas
l'habitude de ce fonctionnement. Il n'y a pas de force politique qui renverse la table, à
part le RN qui ne dit pas un mot sur les retraites. La France insoumise n'a pas assez
de soutien (voir élections européennes). Si les partis politiques ne se transforment
pas, il sera difficile d’avancer. Il faudrait un front commun, le Comité de
résistance peut être un outil. »
« Lecture d'un communiqué au nom des Gilets Jaunes d'il y a 3 semaines à la manif
que j'ai faite. 2 mots clés : assemblés constituantes-5ème république. Il faut
arrêter de choisir entre la peste et le choléra, les projets dans les villes doivent être
repris par les citoyens. »
« La pénibilité existe depuis longtemps et il n'y a pas de « faveur » du
gouvernement. »
« Un des acquis de la grève, c'est que tout le monde a compris qu'on allait se faire
avoir dans la réforme des retraites. La grève n'est toujours pas générale, c'est une
question politique. La volonté de résistance est intacte. Au niveau des directions
syndicales, ils ne veulent pas de choc car ils ont peur de Le Pen. Ceux qui ont
renversé la table, ce sont les Gilets Jaunes. Les syndicats auraient dû décréter la
grève reconductible. Difficile de convaincre les collègues enseignants car pas
soutenu pas le haut, d'où l'importance du CNRR. »
« Liste citoyenne à Narbonne difficile à monter, car les gens sont trop occupés à
autre chose et il est difficile de mobiliser. »
« Ne pas confondre les syndicalistes militants et les directions, le gouvernement
aurait reculé si on avait bloqué le pays par une grève générale. Les partis : pourquoi
ont-ils été mis au rencart ! Il n'y a plus de confiance. Le dernier gouvernement
socialiste n'a rien fait dans le social il a participé a toute les destructions des
conquêtes. Depuis qu'il y a eu les Gilets Jaunes, puis les urgentistes, puis la réaction
à la réforme de la retraite, il se passe quelque chose : à la base, il y a une volonté
de reprendre ses affaires en mains. Avec les municipales, c’est la résistance qui
est à l’ordre du jour avec la population pour la défense de ses intérêt, des services
publics… De comité en comité, on discute vraiment et ce sera comme ça avec le
comité national. »
« Dans l'équipe de Pierre Polard, on s'est posé la question : faut-il faire participer les
gens ?
Une autre liste citoyenne s'est montée avec des familles traditionnelles de
Capestang, du Front National... »
« Attention à la gouvernance citoyenne ! Que fait-on quand quelqu'un de droite veut
participer à une assemblée majoritairement de gauche ? »
« Droite/gauche : expérience Gilet Jaune, on se situe davantage en fonction de ses
intérêts et non plus en fonction d'un courant. 1% domine la planète : ce sont les plus
grands bénéficiaires. La question importante : qu'est-ce qui nous rassemble ? Ce
sont des intérêts communs : le retrait de la réforme des retraites par exemple, il
faut aider à ce rassemblement du peuple. »
« Question, Quel est l'engagement des jeunes, de vos enfants, vos petitsenfants
? »
« Les jeunes ne peuvent pas toujours venir mais on est solidaire, ce qui nous
rassemble, ce sont des projets ou des buts communs. Problème de communication
humaine et directe à cause de toutes les technologies. »
« Les comités ont été constitués avant les Gilets Jaunes. Les comités ont accepté
les premiers les Gilets Jaunes, ça avance on est dans la convergence. Les Gilets
Jaunes ont levé un espoir et les CLRR se sont saisis de ça ! Il faut maintenant
un cadre politique. »
« Deux écueils sont identifiés : les directions syndicales et les institutions de la
5ème République. Comment lutter contre ces 2 écueils ? Comment plusieurs
centaines de personnes au CNRR en 4 ou 5 heures peuvent-elles être efficaces ? Il
faudrait créer des Groupes de travail, utiliser une méthodologie et poser des jalons.
« Il faut sortir de nos cases, porter nos revendications communes quelles que soient
les personnes … C'est tout un projet de société, il faut travailler ensemble.
Il faut qu'on élargisse le comité, amener d'autres personnes. »
« Merci Macron car il a réussi à réunir des gens différents, on a découvert des gens
grâce à lui, on a pu se rassembler avec les syndicats malgré les à priori de chacun. Il
faut continuer à avancer, tout est à faire ! »
« Idée : pourquoi ne pas faire des réunions publiques à thèmes. »
Carnaval à Narbonne : départ place Voltaire à 15 h 30 – il y aura un char
« Gilets Jaunes » –
« Les jeunes ont intégré que ça prendrait du temps pour gagner contre le
gouvernement.
Volontaires approuvés : Jean-Michel – Hervé – Maryse – Marie.
280 euros ont été collectés pour les billets de train. Merci à tous.
Rappel du site CNRR à consulter : cnrr2018.sitew.fr
 Réunion des comités locaux dans le 34 à SÈTE reportée après le 28 mars.
 ADP ! On a jusqu'au 12 mars !
 8 mars : journée revendicative de la femme, sur Béziers ou sur Montpellier :
encore à définir.
Prochaine réunion du CLRR
qui définira le mandat des délégués
à la Convention nationale du CNRR
le 18 mars 2020 à partir de 19 H
Maison du Peuple (2 rue Arago) à Capestang
Contact : Maryse LAUNAIS : launais.maryse@gmail.com
Didier GAUDIN : didier.gaudin37@orange.fr

 

 

Télécharger le compte rendu

18 mars 2020, réunion du CL2R de Capestang-Béziers et sa région CL2RCapestang-Béziers - réunion 19 février 2020