Comité National

de Résistance et de Reconquête

MAYENNE

CLRS Laval

correspondants : 

adresse mail : 

12 septembre 2019, réunion du CL2R de Laval

09/11/2019

Réunion du CLRS du 12 septembre 2019
Cette date avait été maintenue malgré les nombreuses indisponibilités annoncées.
11 personnes étaient présentes, 7 étaient excusées.
Retour sur la Situation sociale
Grève des urgences : l’extension du mouvement, les décisions adoptées par l’assemblée du 10 septembre témoignent de la volonté des personnels pour faire aboutir leurs revendications. La forme du mouvement, construit à la base, n’est pas sans rappeler le mouvement des Gilets jaunes. Les personnels gardent la maitrise de leur mouvement avec les syndicats à leurs côtés. C’est un conflit emblématique, qui a le soutien de l’opinion publique. Les apparentes reculades de Buzyn ne parviennent pas à enrayer la mobilisation.
Bien sûr, la question des retraites, « mère de toutes les réformes » selon Macron est au centre de l’actualité et touche tous les secteurs. La grève de la RATP de demain, comme la mobilisation annoncée d’autres professions, situent les difficultés qu’aura le gouvernement à instaurer un régime unique par points.
Dans ce contexte, il y a l’appel de FO pour le 21 septembre et celui de la CGT pour le 24.

 

Bien sûr, la question des retraites, « mère de toutes les réformes » selon Macron est au centre de l’actualité et touche tous les secteurs. La grève de la RATP de demain, comme la mobilisation annoncée d’autres professions, situent les difficultés qu’aura le gouvernement à instaurer un régime unique par points.
Dans ce contexte, il y a l’appel de FO pour le 21 septembre et celui de la CGT pour le 24.
Dans la discussion :
- La mobilisation des enseignants qui n’est pas éteinte. Elle s’incarne dans le refus des enseignants d’être « professeur principal ». Mobilisation très insignifiante en Mayenne.
- Les difficultés pour parvenir à une action unitaire sur les retraites. Il y a le problème de la revendication : s’agit-il bien pour tous de défendre le régime actuel et l’existence de tous les régimes spéciaux ? L’appel du 24 de la CGT mêle la question du climat, de la paix, du pouvoir d’achat avec celle de la retraite. A FO on sait que l’appel au 21 a été une bagarre. On voit aussi des confédérations syndicales, des partis politiques se positionner pour une autre réforme, ce qui, implicitement, cautionne la nécessité d’une réforme.
- L’annonce d’une nouvelle mobilisation des retraités le 8 octobre. Est-ce que cela a un sens de mobiliser à part les retraités alors que la réforme annoncée percuterait actifs et retraités ?
- Le gouvernement est fragile et ne survit que grâce à la protection des appareils et à la constitution qui rend le président indéboulonnable. Il est contraint à des reculades provisoires ; la colère qui s’est exprimée au travers des Gilets jaunes est toujours là et il en a conscience.
- Le besoin d’expliquer les conséquences qu’aurait la contre réforme des retraites subsiste. En témoigne une relative passivité des salariés. La Fonction publique qui y perdrait énormément ne se sent pas toujours concernée. Les journées d’action à répétition chacun de son côté pénalisent la mobilisation dans ma mesure où elles n’apparaissent pas comme un moyen d’action efficace,
- Reculer sans cesse l’âge de départ est incohérent avec la situation puisque 45% des personnes qui font liquider leur retraite ne sont déjà plus en activité.
- Chez les jeunes qui ont été éduqués au fait qu’ils n’auraient pas de retraite il y a un certain fatalisme. 40% des moins de 40 ans ont déjà souscrit à des plans de capitalisation.
- Le mouvement des Gilets jaunes a libéré la parole des plus modestes, il faut aller au plus près des gens avec des exemples concrets.
- Au second semestre 2019, sur 508 milliards de dividendes distribués aux actionnaires au niveau mondial, plus de 50 milliards (soit 10% du total mondial) ont été versés aux actionnaires français qui profitent du taux de redistribution le plus généreux. Qu’on ne dise pas qu’il n’y a pas d’argent en France !
- La participation de Gilets jaunes au CNRR (Comité National de Résistance et de Reconquête) change la nature des discussions. Ils posent constamment la question : que fait-on ? La discussion s’est orientée vers une initiative nationale au printemps 2020.
CILE (Comité International de Liaison et d’Echanges)
Ce comité s’est constitué en décembre 2017 à Alger. Des délégués ouvriers de dizaines de pays vont se réunir fin novembre à Paris.
Un meeting internationaliste se tiendra à Aubervilliers à 14h30 le 30 novembre. Un appel au financement pour couvrir les déplacements est lancé.

 

 

29 octobre 2019, réunion CLRS Laval 7 mars 2019, réunion du CL2R de Mayenne