Comité National

de Résistance et de Reconquête

HAUTE-SAVOIE

CL2R Annecy

correspondants :

adresse mail : cn2r.74@gmail.com 

 

CL2R Pays de Gex

correspondants :

adresse mail :

 

CL2R Annemasse

correspondants :

adresse mail : 

 

CL2R Cluses-Vallée de l'Arve

correspondants :

adresse mail : 

18 février 2020, réunion du CL2R d'Annemasse

02/17/2020

18 février 2020, réunion du CL2R d'Annemasse

 


1. Tour de table
2. Présentation du CNRR et des CLRR
3. Principal thème abordé : Pourquoi depuis le 5 décembre, le pays n’a-t-il pas basculé
entièrement dans la grève, pour dire non à la contre-réforme des retraites ?
4. Vers une Convention nationale des comités locaux, le 28 mars 2020, à Paris.
5. Prochaine réunion.

 

1. Tour de table
11 militants d’origines et d’expériences différentes du mouvement ouvrier et démocratique ont
participé à cette réunion.
2. Présentation du CNRR et des CLRR
Le CNRR (Comité National de Résistance et de Reconquête « Pour la défense des conquêtes
arrachées en 1936 et 1945 » a été constitué le 14 octobre 2017. Ce n'est pas un parti ou une
nouvelle organisation syndicale. Sans se substituer aux organisations existantes, il rassemble des
militants (syndicaux, politiques, associatifs, Gilets Jaunes, etc.) regroupés dans ce cadre large
pour la défense des acquis sociaux de 1936 et 1945, afin d’aider à organiser la lutte et mettre en
échec les politiques néo-libérales, comme celle de Macron.
Le CNRR est basé sur la résistance. Depuis l’avènement des Gilets Jaunes, des liens se sont
tissés au niveau local. Les CLRR sont donc des lieux d’échanges qui cherchent à concentrer la
lutte au niveau national.
Actuellement, il y a 5 comités locaux de résistance et de reconquête en Haute-Savoie :
Annecy – Cluses – Annemasse - St Julien - Alby sur Chéran
3. Débat sur l'actualité introduit par Jean-Louis, membre du CLRR de Saint Julien et Alain,
du CLRR d’Annecy.
Le thème de cette réunion porte essentiellement sur la Contre-Réforme des retraites et pourquoi
le pays n'a pas basculé tout entier dans la grève. Quels ont été les obstacles et quelle force
organiser pour les surmonter ?
Jean-Louis explique qu'actuellement on est à la croisée des chemins. Certes, la plupart des
grévistes ont repris le travail mais ils sont embusqués. Reprendre le travail ne signifie pas
abandonner la lutte.
Jérôme, conducteur de bus, dénonce le comportement des directions syndicales.
Alain explique que le retrait de cette Contre-Réforme est demandée par 61 % de la population,
donc les appareils syndicaux sont obligés de suivre, c'est-à-dire accepter la grève qui est partie de
la base.

Lorna, enseignante en primaire, parle de rapport de force avec le gouvernement. Une des
difficultés réside dans le fait que bon nombre de profs sont des purs produits du système et qu'ils
se refusent à faire de la politique.
Pour renforcer la lutte, il faudrait sortir du cadre de l'éducation nationale pour aller à la rencontre
des autres métiers.
Laurent, également enseignant en lycée parle de ses collègues qui ne bougent pas. Ils sont
comme sidérés de voir ce qu’il se passe et incapables de réagir.
Plus largement c'est la question du capitalisme qui est évoqué.
Nadine, membre du CLRR de Cluses, prend la parole pour expliquer que ce thème du capitalisme
a été abordé lors de la troisième Assemblée des Assemblées des gilet jaune à Montceau-les-
Mines. Mais pour lutter contre le système capitaliste, il faut passer des paliers.
Dans la prochaine et 5ème ADA qui se déroulera à Toulouse les 6, 7 et 8 mars, l'un des thèmes
abordés sera : Comment sortir du capitalisme ? Quelles stratégie et tactiques ?
Jean-Louis précise qu'il n'y a pas d'avenir possible si des millions et des millions de travailleurs
ne se prennent pas en main pour une émancipation. La grève est déjà en soit un contre-pouvoir
face à la bourgeoisie et le CNRR et là pour aider.
Alain parle de ce qu’il se passe ailleurs dans le monde. Les peuples de différents pays tels que
l’Algérie, le Liban, l’Irak, le Chili et d’autres ne veulent plus de dirigeants corrompus. Il y a une
volonté de dégagisme.
Il n’a aucun doute sur la capacité des hommes et des femmes à s’organiser pour un autre modèle
anticapitaliste. Pour faire tomber le capitalisme, il n’y a que la grève !
Thierry évoque la fraternité qui renaît, appuyé par Jérôme qui emploie le terme de sororité,
équivalant féminin de fraternité.
4. Vers une Convention nationale des comités locaux :
La délégation permanente réunie le 30 novembre dernier (élargie aux délégués des comités
locaux) a discuté d’une proposition de réunir une Convention nationale de délégués élus par les
comités locaux.
Cette convention nationale aura lieu le 28 mars 2020. Proposition est faite de discuter de cela
à la prochaine réunion, pour mandater des personnes.
5. Prochaine réunion
Prévue
le 11 mars à 19h
Au café associatif café’in
14 rue du Faucigny
ANNEMASSE

10 mars2020, réunion du CL2R Pays de Gex 16 octobre 2019, réunion-débat irganisée par le CL2R Annecy