Comité National

de Résistance et de Reconquête

CL2R Paris 1-2-3-4

correspondants :

mail :  

CL2R Paris 5

correspondants : Jean-Pierre Fitoussi

mail : jpafitoussi@gmail.com 

CL2R Paris 11-12-20

correspondants : Benny Malapa

mail : benny.malapa@gmail.com 

CL2R Paris 13-14

correspondants :

mail : clrr13eme@gmail.com 

CL2R Paris 19

correspondants :

mail :  

CL2R Paris 18

correspondants :

mail : cl2r.75018@gmail.com 

26 septembre 2019, réunion CL2R Paris 18ème

09/25/2019

Compte-rendu de la réunion du
Comité local de résistance et de reconquête
Paris 18e
Le 26/09/2019

 

Télécharger le compte rendu

Dix-huit militants politiques et syndicaux réunis à Simplon. Notre réunion se déroule sur un « chaudron social » pour reprendre la métaphore du quotidien Le Monde, avec la grève à la RATP, à EDF, aux Impôts et toujours aux urgences. Nous avons rappelé l’origine du CNRR, et ce qui nous réunit la résistance contre la remise en cause de nos acquis et la discussion sur comment faire pour bloquer Macron et sa politique.
La réunion a commencé avec un peu de retard, car la majorité des présents étaient au rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune, un rassemblement important après l’annonce du verdict. Et la situation en Algérie, fait écho à notre volonté de bloquer Macron et le système. Ils sont des millions à descendre dans la rue tous les vendredis, et aussi le mardi, et cela depuis le 22 février pour exiger que le régime dégage en Algérie.
Une militante de la France insoumise (FI) engage la discussion : « ne faut-il pas réfléchir à d’autres formes d’action ou d’alerte ? Comment faire pour converger, fédérer ? Une chose qui me frappe c’est l’inertie et qu’aucun leader syndical n’appelle à la convergence ». Un autre militant FI abonde : « Oui, c’est cette question qui nous anime ! ».
Une militante POI propose de reconsidérer le constat : « avec toutes les grèves RATP, EDF, etc., on a une rentrée de « malade ». Avec la réforme des retraites, tout le monde est touché, ou plutôt menacé parce que ça n’est pas encore passé : avec la grève massive de la RATP, Paris était bloquée ! À mon boulot, l’Université a offert leur journée du 13 à tous les personnels ! Et d’autres grèves se mènent en ce moment aux Finances publiques contre le « plan Darmanin » et à EDF contre le « plan Hercule ». Tout le monde dit non à la retraite par points. À mon avis l’inertie s’estompe par la grève, comme aux urgences : ils cherchent à étendre le mouvement à d’autres services ». Une syndicaliste CGT de la Fonction publique territoriale a observé un soutien massif pour la grève de la RATP chez ses collègues : « Mais pourquoi ils ne continuent pas ? disent-ils ».
2
Une autre militante FI propose de considérer les prises de position des membres de la confédération FO : « L'intervention du Belge à la manif FO. Pour le coup il m'a semblé qu'il n'y avait pas d'inertie du tout. Il y avait du monde à la manif FO. On mène des discussions avec des gens qui s'interrogent et qui ne sont pas ou plus organisés dans des syndicats, mais plutôt dans des mouvements associatifs. Pour les retraites je ne vois pas de point de négociation : il faut exiger le retrait ! »
Une syndicaliste CGT d’EDF : « « Comment faire ? » c’est la question qu’on se pose tous dans les réunions CNRR. Tout d’abord avec les GJ on a bien montré qu’il n’y avait pas l’inertie : c’est un mouvement massif qui cherche des solutions pour bloquer Macron. Je crois que Jérôme Rodriguez a dit aux AmFIs d’été que la solution c’est comme en Algérie où le peuple est dans la rue ! Et ici comme en Algérie, on veut que le système dégage, c’est bien ce qui nous réunit ici. Je suis d’accord avec la question « pourquoi pas tous ensemble au même moment », même s’il y a une question à préciser au préalable : sur quelles revendications le tous ensemble ?
Sur les retraites, c’est clair que l’inertie c’est au sommet des confédérations syndicales qu’elle est avec au sommet de la CGT, un message confus, qui ne dit pas clairement : retrait du projet de système universel par points de Delevoye-Macron, maintien des 42 régimes existants. Heureusement après le succès de la journée de grève du 13 septembre à la RATP, on a maintenant l’appel à la grève reconductible du 5 décembre. Ça, c’est un sacré point d’appui pour tous. Cet appel dit clairement non à Macron-Delevoye, et appelle à la grève reconductible pour faire reculer le gouvernement. Et on voit maintenant des fédérations syndicales se poser la question de rejoindre la grève à partir du 5 décembre. Des militants de FO nous ont informés que la confédération FO l’envisageait également, même si son principal dirigeant ne prononçait pas le mot « retrait » du projet de retraite par points. Un militant de FI confirme, l’appel de la RATP pour le 5 décembre, c’est ça la solution.
À EDF la grève a été massive le 19 septembre et il y a une position nette pour exiger le retrait du projet de démantèlement d’EDF et donc du service public de l’électricité, avec un ultimatum donné au gouvernement pour retirer son projet « Hercule ». C’est un résultat de la force qui s’est exprimée par la grève massive des agents EDF, une force qui ne veut pas laisser détruire les acquis et les conquêtes sur le service public.
3
Un médecin syndicaliste revient sur la situation dans les hôpitaux et sur la grève dans les Urgences qui dure depuis plus de 6 mois et ne lâche pas sur les revendications, contre la ministre Buzyn. L’Assemblée générale nationale du collectif inter-urgence appelle d’ailleurs à élargir la grève à tous les services hospitaliers. Ils n’ont pas attendu les « têtes « syndicales pour s’organiser. Ils ont raison.
Une militante FI précise : « j’ai le sentiment qu’il y a d’un côté ceux qui luttent et la société civile où on ne parle pas de politique, je veux dire que dans le secteur privé on ne peut pas parler de politique : il y a de la répression dans le privé. Il faut donc trouver des moyens de communiquer sur ces questions ». Un autre militant revenant sur la situation en Algérie avance un autre point de vue : « seule la grève pour bloquer permettra de gagner » et c’est vrai aussi en Algérie. Une enseignante FO indique que oui il y a un vrai « chaudron social ». Le suicide d’une directrice d’école fait encore monter la colère chez les enseignants. Et « de plus en plus d’enseignants ont compris que l’inertie ce sont les journées d’action à répétition, mais au moment du bac, quand la FSU a proposé une seule journée de grève, les profs ont dit non, ça ne marche pas ça ! Il faut faire une grève qui ébranle Blanquer et c’est ce qu’ils ont fait avec la grève des correcteurs du bac ».
Nous avons également discuté de la question de la répression notamment contre les GJ : on n’a jamais vu ça, 135 euros pour avoir des lunettes de piscine dans son sac. Nous avons rappelé que les mamans de Mantes-la-Jolie avaient lancé un appel à manifester le 8 décembre à Barbès, contre la répression de leurs enfants qui étaient en grève il y a presque un an contre la réforme Blanquer, et pour avoir un avenir : leur appel a été publié dans Informations Ouvrières et nous avons proposé d’y participer et d’inviter à y participer.
Sur les questions de démocratie, nous avons également parlé du procès de Mélenchon, un procès politique, car sa candidature de rupture avec tous ceux qui ont gouverné par le passé a rassemblé 7 millions de voix. Une camarade brésilienne précise que c’est la même chose avec Lula au Brésil, comme pour Louisa Hanoune : d’ailleurs enfin on a pu entendre des choses correctes sur son arrestation dans les médias français. Mais on voit aussi que nous ne sommes pas isolés en France à s’interroger. Malgré la droite au pouvoir, la masse manifeste au Brésil contre Bolsonaro.
Nous avons terminé en rappelant que la délégation permanente du CNRR avait décidé de participer au meeting internationaliste du 30 novembre. Ce meeting se tiendra à l’issue de la
4
réunion du CILE (comité international de liaison et d’échange) qui verra des militants du monde entier venir échanger à propos de la situation.

 

Télécharger le compte rendu

 

7 novembre 2019, réunion du CL2R Paris 19ème 11 septembre 2019, réunion CL2R Paris 19ème