Comité National

de Résistance et de Reconquête

HAUTS-DE-SEINE

CD2R 92

correspondants :

adresse mail : 

18 novembre 2019, réunion du CD2R 92

11/17/2019

Réunion du CD2R 92 le lundi 18 novembre 2019.


Des militants syndicalistes, des gilets jaunes, des militants de la France Insoumise et du POI, se sont à nouveau réunis en comité départemental de résistance et de reconquête.
L’essentiel de la discussion s’est concentré sur la situation politique en France et la préparation de la grève à partir du 5 décembre pour le retrait du projet de destruction des retraites de Macron et son gouvernement.

 

Télécharger  le compte rendu

« Il y a de multiples appels pour le 5 décembre. La liste est énorme. Avec en parallèle des mouvements de grève ponctuels très révélateurs, comme à la maintenance SNCF très visible…. Le 5 est un déclencheur de l’envie d’en découdre. Les manifestations du samedi 16 des GJ en fait annoncent le 5. Une manif annulée comme samedi place d’Italie, c’est du jamais vu. La peur regagne le camp bourgeois. J’ai assisté à une réunion interprofessionnelle : le sujet c’était la reconductibilité de la grève. Les structures syndicales devraient mettre sur pied les caisses de grève mais qu’y a-t-il réellement ? ».
« Je voulais parler de cet étudiant qui s’est immolé par le feu. Des ministres ont dit que ce n’était pas politique : j’ai été très choqué. Il y a un mouvement de révolte de la jeunesse. Autour de nous faisons des réunions d’information commune FO, SNES ».
« Lorsque les oppositions ne peuvent plus s’exprimer elles passent à des actes violents….. Mais je compte sur le 5 pour être un moyen d’expression de cette colère qui mettra le pouvoir en difficulté. Je vois des articles disant que le pouvoir serait prêt à reculer : il faut un coup d’arrêt le 5. Il faut comme en 36 la grève sur le tas pour les faire céder. Et ce sera aussi un coup d’arrêt nécessaire au libéralisme. Vous les salariés, quel soutien souhaitez-vous de la part des indépendants ou chômeurs comme moi ? Chez les GJ cela se discute de plus en plus. »
« Dans le second degré il y a un appel national pour le 5 et ses suites. Dans le 92 nous avons un appel CGT, FSU, FO, SUD, primaire et secondaire. Pour beaucoup de collègues il faut reconduire la grève et bloquer le pays. Dans le 92 nous avons déjà plus d’une dizaine de positions d’AG d’établissement pour reconduire. Les collègues s’adressent aussi aux syndicats pour voir comment on se coordonne. Ils sont pour la manifestation le 5 avec des bus pour y aller ».
« La semaine dernière le gouvernement a reculé sur le travail de nuit. Dans une boite liée à la métallurgie le
patron recule sur la suppression d’une prime uniquement avec la menace d’une grève ! »
« A Chatillon au techno-centre la grève est partie pour une prime de façon spontanée, les syndicats débordés.
Les salariés n’ont pas voulu attendre le dépôt d’un préavis. Une salariée a déclaré : « les revendications c’est à nous de les faire aboutir ». A La Poste l’appel est uniquement pour une journée ! Sur le 92, Sud dit le 5 on va voir, on va observer. A Suresnes il y a eu une AG avec une motion qui dit : grève dès le 5. Mais depuis des mois il y a quasiment tous les jours des grèves partout ».
« Ce qui s’est passé place d’Italie samedi m’a mis dans une colère folle. Le 5 beaucoup iront manifester même à pied si nécessaire. Dans de nombreux secteurs la colère est tellement énorme que ce sera difficile de contrôler. Il faut qu’on soit très nombreux »
En conclusion de ce point une camarade propose que les militants syndicaux présents de Nanterre s’adressent à leurs unions locales respectives pour voir la possibilité d’avoir des cars pour le 5.
Des camarades sont intervenus sur le rôle des partis dans cette situation. Des militants de FI disant « Je suis frustré par la FI car sur le sujet du 5 décembre les responsables ne disent rien…FI est muette. C’est aussi vrai pour d’autres partis, y compris le PC … Ces partis ne remplissent par leur rôle. Ils devraient organiser le soutien. A nous de voir à la FI de Nanterre ce qu’on peut faire ». Et encore : « Le 5 est annoncé comme une grande journée : j’y vois comme une convergence calendaire et non de réflexion politique. Il faudrait qu’il y en ait une fixant un objectif. C’est aussi au politique de faire cela, ils ne le font pas. Certes il y a le CD2R pour aider à ce que les gens fassent mais aussi pensent la même chose….Mais ce n’est pas assez. ».
Plusieurs participants ont fait le lien avec les mobilisations existantes dans de nombreux pays. « Elles ont de nombreux points communs sur le dégagisme, la volonté de chasser les régimes en place… ». Le meeting du CILE du 30 novembre a été rappelé ainsi que la décision prise par la délégation permanente d’appeler à y participer et à aider à le financer.
Pour faire face à la situation, des camarades ont soulevé des questions sur le fonctionnement du CNRR, de la délégation permanente, des comités locaux. Dans un premier temps il a été décidé de rapprocher la date de notre prochaine réunion fixée au mardi 3 décembre, permettant de faire le point avant le 5. Deux camarades ont été désignés pour participer à la délégation permanente élargie du 30 novembre au matin.

 

Télécharger  le compte rendu

 

Bulletin " échos des comités locaux de résistance et de reconquête " 16 septembre 2019, réunion dun CD2R du 92