Comité National

de Résistance et de Reconquête

12 décembre 2019, réunion CD2R17 à La Rochelle

12/11/2019

CD2R 17
Comité départemental de résistance
et de reconquête des acquis de 1936 et 45
Compte-rendu de la réunion du 12 décembre 2019

 

Télécharger le compte rendu

Nous étions 28 présents (une dizaine de participants étaient excusés), militants syndicaux, politiques, associatifs, Gilets jaunes, réunis après le début de la grève interprofessionnelle pour le retrait de la réforme Macron-Delevoye.
Une introduction de Gérard a permis un certain nombre de constatations :
- Le 5 déc. est un point de départ, la « guerre sociale » est engagée avec des grèves et manifs puissantes, des AG déterminées.
- La jonction avec les Gilets jaunes se réalise dans la lutte.
- Le mouvement en cours va au-delà de la question des retraites, il remet en cause toutes les contre-réformes (code du travail, assurance chômage, santé, éducation, etc.), le gouvernement et le système capitaliste lui-même.
- Les masques tombent : l’intérêt des sociétés d’assurances, le soutien du MEDEF, le rôle de la CFDT, le positionnement des partis en faveur ou non du RETRAIT pur et simple.
- Le rôle des participants aux réunions des Comité de résistance et de Reconquête, pour aider à ce que la mobilisation soit la plus forte et la plus unitaire possible, s’est confirmé dans les AG et les instances syndicales.
Axel a ensuite fait un compte-rendu de la réunion de la délégation permanente du CNRR le 30 novembre. Le contexte national et international a été discuté ainsi que la préparation de la grève du 5.
La nécessité de renverser le système dans lequel nous vivons devient évidente alors qu’une force considérable se libère partout avec une base qui s’organise.
La question se pose de fédérer et structurer souplement la force des CRR pour aller plus loin. Une convention nationale des délégués est prévue en mars 2020 et les comités sont invités à discuter de cette perspective et de ses modalités.
De nombreuses interventions ont décrit les actions en cours depuis le 5 déc. par exemple :
- A la FLASH, des AG massives incluant des professeurs et des administratifs, avec blocage et occupation depuis plusieurs jours. Le blocage reconduit en A.G n’empêche pas la tenue des partiels, des revendications sont élaborées et portées à la présidence.
- Les AG et les grèves dans les écoles, collèges et lycées ont lieu avec une circulation de l’information et des motions très claires pour le retrait (comme à Vieljeux).
- Le blocage du tri postal à Périgny a eu lieu le 5 déc. malgré les intimidations.
- A Saintes, des rassemblements quotidiens unitaires se tiennent en ville. Les cheminots discutent en AG de la nouvelle convention qui se substitue à leurs statuts. Leur grève n’a jamais cessé depuis le 5.
Un rond-point a été réoccupé par des militants et des Gilets jaunes pour diffuser l’information.
Plusieurs intervenants ont évoqué :
- La dégradation et la déshumanisation des services publics et des relations avec les usagers.
- L’ubérisation du travail, par exemple à Médiapost, avec des abus inadmissibles (très faibles salaires, durées de travail, contrôles permanents, etc.).
- Les atteintes graves contre la jeunesse : ParcoursSup, Service National Universel, menaces pour les retraites futures, etc.
- L’urgence environnementale pour permettre aux humains de survivre. Une manifestation à Strasbourg avait réuni agriculteurs et consommateurs posant cette nécessité, évoquant « l’esclavage » des agriculteurs mendiant des aides, les migrants saisonniers maltraités, les atteintes multiples à notre santé.
- La destruction des acquis (par exemple des associations sportives et sociales des PTT) et des droits.
-
D’autres ont mis en évidence :
- La tentative toujours renouvelée sous la Ve République de faire collaborer les syndicats aux décisions du gouvernement, par exemple pour fixer la valeur du point.
- La faiblesse visible du gouvernement et ses trucages pour essayer de diviser les salariés et les générations : par exemple faire croire que ceux nés avant 1975 ne seraient pas concernés par la réforme ou que les enseignants ne seraient pas gravement atteints.
- L’enjeu historique de l’affrontement actuel pour stopper le fonctionnement nocif de ce système, renationaliser, remettre tous les services publics en place. En fait, changer cette société, mettre en place un nouveau système économique.
- La méfiance profonde face aux tactiques des directions ouvrières, et pas seulement de la CFDT. Les « temps forts » vont à l’encontre de la grève reconductible alors que la majorité des salariés dénoncent les grèves saute-mouton.
- Le fait que c’est le même système financier qui détruit notre environnement et nos droits.
- La certitude qu’il n’y aura pas de victoire sans lutte : les Gilets jaunes ont enfoncé un premier coin, il faut gagner sur la question des retraites pour aller plus loin.
La conclusion provisoire est que nous allons continuer à nous mobiliser, à faire circuler l’information, en particulier grâce à Informations Ouvrières.
Nous mènerons la discussion à peine commencée sur la structuration des comités, en préservant leur ouverture sans exclusive.

16 décembre 2019, réunion d'échange à Bordeaux 11 décembre 2019, réunion CL2R Paris 5ème