Comité National

de Résistance et de Reconquête

29 octobre 2019, réunion CLRS Laval

10/28/2019

Réunion du CLRS du 29 octobre 2019
9 personnes présentes, 5 excusées.
Introduction à la discussion.
Si certains doutent de la capacité des peuples à lutter et pensent que le capitalisme a définitivement triomphé, il n’y a qu’à regarder ce qui se passe aujourd’hui dans le monde :  

 

Télécharger le compte rendu

 Irak. Un mouvement de contestation contre la corruption et la hausse des prix met des milliers de personnes dans la rue. Seulement 25% des jeunes ont un travail. Les syndicats enseignants appellent à la grève et des piquets de grève se tiennent dans les administrations. Le pouvoir réprime violemment et décrète le couvre-feu. Le peuple ne respecte pas le couvre feu et réclame la chute du régime. Dans ce pays miné par la guerre depuis des années les revendications sociales refond surface et le peuple résiste.
 Chili. Pays réputé stable selon les économistes ! En réalité le peuple chilien est opprimé et vit dans une misère profonde. L’augmentation d’un simple ticket de métro est la goutte qui fait déborder le vase : des milliers manifestent, et obligent à un remaniement ministériel. Cela ne suffit pas et le peuple continue à manifester en exigeant un changement complet de politique.
 Equateur. La suppression d’une aide sur le prix du gasoil déclenche un mouvement de protestation et la colère du peuple. Le gouvernement est obligé de quitter la capitale et de fuir dans une ville côtière loin du coeur des manifestations. Il fait marche arrière, mais là non plus rien n’y fait : les manifestations continuent et réclament un nouveau gouvernement.
 Egypte. Grandes manifestations avec comme mot d’ordre « Sissi dégage ». Répression féroce.
 Hong Kong. Malgré la répression de plus en plus brutale, les manifestations continuent depuis 4 mois avec toujours les mêmes exigences.
 Algérie. Un véritable processus révolutionnaire est engagé depuis 10 mois et continue d’avancer. Malgré la répression, les arrestations arbitraires, les détentions et les condamnations de militants ouvriers à de lourdes peines de prison comme c’est le cas pour Louisa Hanoune, le peuple se rallie toujours au cri de « système dégage ». Il refuse le processus électoral mis en place par le pouvoir illégitime en affirmant partout « Un seul président, le peuple ».
Dans tous ces mouvements, la détermination des manifestants est très forte et le peuple fait preuve d’une grande maturité. Une nouvelle période dans l’histoire des luttes de classe est en train de s’ouvrir.
En France, la situation, même si tout doit être relativisé, n’est pas si éloignée que ça de ce qui se passe dans les pays évoqués. La répression est l’arme utilisée systématiquement par le gouvernement pour créer la peur et dissuader la contestation. Des morts ont eu lieu (Steeve…)
Incontestablement le mouvement des Gilets Jaunes a marqué la conscience de très nombreux militants et a impulsé des changements de nature dans la lutte de classe. De nombreux conflits naissent sans avoir été initiés par les syndicats. Les travailleurs prennent directement leur sort en mains et cherchent à y associer les syndicats. Le mouvement des Urgences est révélateur de ce changement.
La colère dans l’enseignement et l’émoi suscité dans la population après le suicide de Christine Renon, la colère encore après l’accident de l’usine Lubrizol à Rouen, le ras le bol de la police face aux conditions de travail déplorables, le refus des agents des finances de voir le service public démantelé, le combat des agents d’EDF pour la sauvegarde de leur statut : partout la résistance est là et fragilise chaque jour un peu plus le gouvernement Macron.
Et surtout, il y a la réforme des retraites voulue par Macron qu’il qualifie lui-même de « mère des réformes ». Incontestablement, un changement est intervenu durant le mois de septembre : la journée de grève massive du 13 septembre à la RATP a été l’élément déclencheur. Dans sa foulée un appel a été lancé à une grève reconductible à partir du 05 décembre. Appel qui a fait des émules : la manifestation/meeting de FO du 21 septembre, de la CGT du 24 septembre, la résolution du CCN de FO, ont abouti à l’appel des confédérations CGT, FO, SUD, FSU et des organisations lycéennes à la grève reconductible à partir du 05 décembre pour le retrait du projet de contre-réforme des retraites.
Depuis de nombreux appels militants pour aller jusqu’au bout (grève reconductible) jaillissent. Localement en Mayenne un plan de tractage tous les jeudis jusqu’au 5 décembre a été décidé en intersyndicale : continuer à informer sur le projet de réformes des retraites, car plus il y aura de personnes connaissant le projet, plus la mobilisation contre sera grande.
Le 05 décembre, mais si ça ne doit pas être « le 05 et rien d‘autre » (on ne peut écarter un surgissement de la contestation généralisée avant le 05 décembre tant la situation politique et sociale est tendue) doit être notre point d’horizon. Le combat contre la réforme des retraites est d’une importance fondamentale car il s’agit du combat pour préserver la Sécurité Sociale de 1945. Si la réforme passe, c’en est fini du salaire différé et de la solidarité intergénérationnelle.
L’appel à une grève reconductible correspond à l’état d’esprit des militants et au-delà à celui des travailleurs : ras le bol des journées d’action. Il faut être très vigilants car les obstacles vont survenir : le pouvoir ne se laissera pas faire, la bourgeoisie non plus. Et les appareils vont jouer leur rôle de protecteurs du système. Le rôle de notre comité, de par la nature de sa composition, est primordial pour surmonter ces obstacles.
Dans la discussion.
- Un lycéen, secrétaire d’un syndicat, explique qu’ils vont faire un tract « spécial retraite » appelant à la grève à partir du 05 décembre. La question du climat est très « porteuse » chez les jeunes.
- Il faut expliquer aux jeunes qu’avec la réforme des retraites ils risquent d’avoir leurs parents à charge. Nous risquons d’être la dernière génération avec une retraite convenable, les générations suivantes devront être aidées si la réforme passe. Et le baccalauréat c’est l’accès aux conventions collectives.
- Beaucoup pensent « de toute façon on n’aura pas de retraites », c’est un obstacle à la mobilisation.
- Il n’y a pas que les retraites : la réforme de l’assurance chômage est scandaleuse.
- En Belgique, l’info faite par la FGTB sur la retraite à points a permis à terme de mobiliser et de bloquer la réforme. C’est donc possible.
- Une frange de la population ne pense pas s’en sortir par la lutte collective et cherche des solutions individualistes.
- Les Gilets Jaunes ont été un déclic. Ils ont fait beaucoup et ils ont pris cher. Ils ne peuvent pas continuer tout seuls, il faut la jonction avec les syndicats pour bloquer le pays. L’Assemblée des Assemblées qui se tient le weekend du 1er novembre à Montpellier va discuter d’un appel au 05 décembre.
- Le combat à mener n’est pas celui des élections, mais celui de la grève. Il s’agit du rapport capital-travail.
- Diffusions intersyndicales en Mayenne : tous les jeudis RDV à 11H15 UD FO 53.
- Le 16 novembre les Gilets Jaunes seront de nouveau dans la rue pour les « 1 an » de la mobilisation. En Mayenne, le 17 novembre un pique nique solidaire sera organisé sur un lieu historique des GJ. Nous voulons redynamiser le mouvement localement.
- L’attitude des appareils aujourd’hui est le résultat de la trahison des partis historiquement « partis ouvriers » (PS/PC) qui ont appliqué en leur temps dans différents pays les plans du capital. En Algérie il existe le PT et le Pacte pour l’Alternative démocratique ; des banderoles pour « une assemblée constituante ». Ici, ce serait déjà bien de bloquer Macron.
CILE (COMITE INTERNATIONAL DE LIAISON ET D’ECHANGES)
Le Comité International de Liaison et d'Echanges (Cilé) a été constitué en décembre 2017, à Alger, lors d'une Conférence Mondiale Ouverte contre la guerre et l’exploitation (CMO) à l'initiative de l'EIT. Il regroupe des militants de 42 pays de tous horizons du mouvement ouvrier. Il se réunira les 28, 29 et 30 novembre 2019 à Paris.
Cette réunion revêt un caractère particulièrement important dans le contexte actuel : d'une part, des attaques de plus en plus féroces contre les acquis des différents mouvements ouvriers internationaux, d'autre part, dans le cadre d'une résistance grandissante et déterminée des peuples contre le système capitaliste qui les exploite sans vergogne.
Ajoutons à cela le combat révolutionnaire du peuple algérien pour son émancipation et la libération de tous les prisonniers politiques. Prisonniers politiques parmi lesquels figure Louisa Hanoune co-coordonatrice de l'Entente Internationale des Travailleurs. Louisa Hanoune qui vient d'être condamnée, à l'issue d'un simulacre de procès, à 15 années de prison. Louisa Hanoune dont le seul tort est de se battre sans relâche depuis des décennies contre l'exploitation capitaliste et pour l'émancipation du peuple algérien. La réussite de cette réunion du Cilé sera aussi la volonté affirmée de la classe ouvrière internationale de se battre pour la libération de Louisa Hanoune.
Il faut bien sûr aider au financement du déplacement des délégations étrangères. Pour un travailleur africain ou bengali, un billet d'avion pour Paris peut représenter un an de salaire. Le manque d'argent ne doit être en aucun cas un obstacle à la constitution du mouvement ouvrier international, et la solidarité ouvrière doit entrer en action. 82 000 euros sur les 90 OOO nécessaires pour l’organisation de cette encontre ont déjà été récoltés auprès des différents comités de liaison. Pour le comité de Laval, 350 euros sur les 530 d’objectifs ont été réunis. Aussi, nous vous invitons à participer selon vos moyens à cette campagne de financement de la rencontre du 28,29,et 30 novembre à Paris.
Enfin, à l’issue de cette rencontre du Cilé le 30 novembre à Paris se tiendra un meeting internationaliste. Nous organisons un déplacement en car au départ de la Mayenne pour y participer.
Il y a à ce jour 6 camarades inscrits. N’hésitez pas à en faire de même.
Le matin du 30 novembre se tiendra une réunion de la délégation permanente du CNRR élargie aux délégués des comités locaux. Les deux délégués du comité de Laval (Eric et Sandrine) s’y rendront. Chacun d’entre vous peut être délégué du CLRS à cette réunion.
Les participants prennent note de ces éléments. 20 euros sont récoltés pour la campagne du Cilé. Aucun nouvel inscrit à ce stade au meeting et à la réunion du CNRR.

 

Télécharger le compte rendu

5 novembre 2019, réunion des CL2R de Gironde 16 octobre 2019, réunion-débat irganisée par le CL2R Annecy