Comité National

de Résistance et de Reconquête

19 novembre, communiqué du CL2R Marseille

11/18/2019

cnrr2017@gmail.com

Communiqué du
Comité local de résistance et de reconquête


« Stop Inégalités » : c’était la banderole de tête de la manifestation des Gilets
Jaunes à Marseille, qui partait du Vieux Port pour aller vers la Corniche, le 16
novembre dernier, tandis que dans toute la France, des milliers de
manifestants pouvaient dire « On est là, même si Macron ne le veut pas… » Le
Comité local de Résistance et de Reconquête réuni le jeudi 14 novembre avait
exprimé son soutien aux Gilets Jaunes. Il condamne la répression inadmissible
dont ils ont fait l’objet aux Catalans et à la Plaine.

 

Télécharger le communiqué

Le Comité a également exprimé son soutien à Richard Martin qui a décidé une
grève de la faim pour la défense du théâtre Toursky à la suite de la suppression
des subventions de la Mairie qui veut lui faire payer notamment sa solidarité
concrète avec les Gilets Jaunes.
Dans le 3ème arrondissement de Marseille, les habitants parmi les plus
modestes n'en peuvent plus de payer deux fois plus de taxes foncières que
dans les villas des quartiers bourgeois, tandis que le gouvernement supprime
des emplois notamment dans les services du cadastre. Ils n’en peuvent plus de
voir des constructions d’écoles (nouvelle école Ruffi, Cité scolaire
internationale) réservées aux riches « premiers de cordées » résidant à Arenc-
Méditerranée, tandis que leurs enfants sont juste bons à étudier dans le
chantier du collège Versailles pollué et défiguré. Le Comité de Résistance et de
Reconquête appuie leurs exigences. Il est également solidaire des enseignants,
des agents des impôts tous mobilisés contre le plan gouvernemental de
démantèlement de la Fonction publique.
Un étudiant a dit lors du Comité de Résistance : « Ma mère est obligée de se
battre depuis des années dans l’hôpital où elle travaille. Moi-même, avec
d’autres étudiants et des lycéens, nous voulons organiser le lien avec la bataille
des Mamans des lycéens de Mantes la Jolie qui préparent une marche début
décembre. Nous faisons le lien avec l’étudiant de Lyon, syndicaliste, qui a voulu
s’immoler devant le CROUS. » Une maman Gilet Jaune, du 3ème, considère
également que Marseille et Mantes la Jolie, c’est le même combat. Ils ont
décidé de rester en contact.
« Stop Inégalités », c’est le message adressé à Macron, qui « en même temps »
enrichit les plus riches et appauvrit les plus pauvres, et qui, face au désaveu
général, enfonce le pays dans le chaos. Son projet de réforme de retraites par
points, ce serait l’appauvrissement des travailleurs et l’enrichissement des
assurances privées vendant aux plus riches des retraites complémentaires par
capitalisation.
Le gouvernement a décidé de ne pas rembourser 4 milliards qu’il doit à la
Sécurité sociale. A la CARSAT, la grève à partir du 5 décembre se construit dans
les services. L’existence de notre Comité de résistance et de reconquête
permet des échanges entre les uns et les autres pour contrer tout ce qui
pourrait faire obstacle. Le 5 décembre n’est pas une journée d’action où on
remballe ses banderoles, en attendant une autre journée d’action…
Dans une dizaine de lycées et de collèges du département, les assemblées
générales avec leurs syndicats ont décidé de s’engager dans la grève à partir du
5 décembre. Les UD FO, CGT appellent à préparer la grève à partir du 5
décembre. Les unions de retraités apportent leur soutien. Le Comité de
Résistance a fait un premier bilan des appels. Il a décidé d’aider à l’échange
des informations entre tous ses membres : syndicalistes, mères de famille,
gilets jaunes, militants ouvriers d’opinions diverses. Les Gilets Jaunes de
l’Assemblée des Assemblées ont décidé de se joindre aux appels des
organisations syndicales, pour la grève à partir du 5 décembre, jusqu’au
retrait du projet Macron-Delevoye.
Lors de l’hommage rendu aux victimes de la rue d’Aubagne, un an après, une
manifestation considérable a envahi les rues de Marseille. Elle s’est concentrée
sur l’exigence du logement pour tous. Les références aux élections municipales
n’ont quasiment pas eu d’écho. On sait que la situation actuelle est
inséparable des politiques nationale successives. Il s’agit aussi d’un
mouvement international de peuples qui veulent se libérer et qui seront
représentés au meeting de Paris du 30 novembre prochain avec le Comité
national de Résistance et de Reconquête.
Alors que des membres du Comité considèrent que depuis des années « le
peuple s’est laissé abuser », tous ont été d’accord pour considérer
qu’aujourd’hui, c’est le moment d’y aller, tous ensemble : gagner contre la
réforme des retraites ne peut qu’aider à gagner contre toutes les contreréformes
de Macron et de ses amis, et pour toutes nos revendications.
Marseille, le 19 novembre 2019

19 novembre 2019, réunion du CL2R d'Angers 18 novembre 2019, réunion du CD2R 92